La revue économique Forex du 20 mars 2012

 
Les éléments importants
  • Les bourses européennes sont dans le vert
  • La croissance Chinoise serait-elle en danger ?
  • Le discours de Ben Bernanke
  • L’Etat américain réalise 25 milliards de dollars de profit 

Suite à huit hausses d’affilée, l’ouverture de la Bourse de Paris a été baissière ce mardi. On prévoit à une séance plutôt calme aujourd’hui avec légère baisse concernant les tensions exercées sur les prix du baril de pétrole, et on est dans l’attente d’un indicateur américain qui serait susceptible de faire ouvrir Wall Street dans le vert.

Suite à de nouveaux signes de ralentissement de l’économie chinoise, les bourses asiatiques perdent du terrain. Les investisseurs demeurent méfiants face aux signes originaires de la Chine. D’autant plus qu’une nouvelle menace provenant de l’annonce des raffineurs, ce matin, concernant l’augmentation des prix de vente des carburants de 7% en moyenne, pèse sur la croissance. Soulignons que les dirigeants de deux géants miniers mondiaux, Rio Tinto et BHP Billiton, ont plus ou moins confirmé cette nouvelle menace en indiquant un « aplanissement » en cours de la demande de minerai de fer de la part de la Chine.

Concernant les devises, bien que l’on ait constaté une légère baisse ce matin de 0.22%, l’EUR/USD  se maintient au dessus de la barre des 1.32.

D’un point de vue macroéconomique, en février, on a assisté Outre-manche à un ralentissement de l’ascension des prix à la consommation dont la progression a été de 3.4% sur un an face à 3.6% en janvier. Toutefois, la progression mensuelle dépasse les prévisions moyennes des économistes compilées par Bloomberg avec 0.6% contre 0.4%. L’inflation de base excluant les éléments les plus volatils du calcul des prix, s’est établi en février à 2.4% contre 2.6% en janvier.

Aux Etats Unis, hier soir, quelques doutes sur les marchés ont été semés par le discours prudent de William Dudley, un des responsables de la Réserve fédérale américaine. Selon le patron de la Fed de New York, la reprise américaine continue d’être fragilisée par la faiblesse du marché immobilier et   la hausse des prix des carburants.  De plus, il a également souligné que le principe d’une troisième vague d’assouplissement quantitatif (“QE3″) est encore loin d’être acquis au sein de la Fed… Dès lors, les investisseurs attendent avec impatience le discours de Ben Bernanke qui aura lieu dans l’après-midi.

Pour finir, l’Etat fédéral américain a accompli un profit de 25 milliards de dollars en cédant des titres immobiliers de Fannie Mae et de Freddie Mac.

 

Related Posts

  • No Related Posts
 
 

0 Comments

You can be the first one to leave a comment.

 
 

Leave a Comment