Les différents indicateurs Forex

 

Il existe de nombreux indicateurs, et ce, afin d’accéder aux meilleures analyses techniques possibles. Ils sont tous dotés d’une signification et d’une portée différente. Il ne s’agit pas de croire que l’analyse technique offre une connaissance du marché à cent pour cent et qu’elle permet de devenir milliardaire dès que l’on sait comment en effectuer une. D’autres facteurs s’ajoutent à l’apport d’une analyse technique et ces derniers sont : l’intuition, l’assurance et une bonne connaissance du FOREX. Chaque trader a ses indicateurs privilégiés. Toutefois, voici la liste des plus courants :

  • Les moyennes mobiles : elles équivalent à une moyenne du cours sur un temps donné. Les traders ont recours, le plus fréquemment, à trois moyennes mobiles : la MM100, la MM50 et la MM7. Elles correspondent toutes à une période différente : 100, 50 et 7 jours. Plus la durée est restreinte, plus la moyenne sera sujette à des variations, dès lors, elle correspond à la tendance la plus examinée. Tandis que la moyenne relative à la durée la plus longue, quant à elle, est moins réactive, elle correspond, donc, à la tendance de fond. Le choix de ces moyennes est propre à chacun, il relève, avant tout, de la stratégie d’investissement. Elles représentent un outil efficace pour l’étude des tendances du cours.
  • Le RSI (relative strenght index): est un outil permettant d’anticiper les revirements de tendance. Nombreux sont les traders qui utilisent cet indicateur qui est particulièrement populaire. Dans le cas où cet indicateur se situe entre 0 et 30, alors on est soumis à une pression vendeuse, et dans le cas où il se situe entre 70 et 100, alors on subit une pression acheteuse. La norme fait que l’on vend ou l’on achète durant une pression vendeuse.
  • Les bandes de Bollinger : ces bandes offrent la possibilité de mesurer la volatilité des cours. Au fur et à mesure que les bandes s’écartent, le marché est jugé plus volatile. Au contraire, au fur et à mesure qu’elles se rapprochent, ce dernier est jugé moins volatile. Une moyenne mobile simple entre ces deux bandes existe. Le calcul de la bande supérieure correspond à la formule suivante : moyenne mobile simple + (x * écart type). Le calcul de la bande inférieure se base sur la même formule à l’exception près que l’on soustraie l’écart type multiplié.
  • La MACD (moving average convergence divergence) : cet indicateur se base sur l’unité de temps. Comparé aux moyennes mobiles, il offre la possibilité d’anticiper d’une manière plus avancée les positions d’achat ou de vente. La MACD équivaut à la différence entre deux moyennes mobiles exponentielles de périodes différentes. Habituellement, deux lignes se distinguent sur un graphique : une de couleur rouge et une de couleur noire. Tandis que l’une équivaut à la MACD, l’autre correspond à sa ligne de signal. On est face à un signal d’achat lorsque la ligne de la MACD croise à la hausse la ligne de signal. Au contraire, on est face à un signal de vente, lorsque la ligne de la MACD croise à la baisse la ligne de signal.
  • Les volumes : ils sont la traduction de la demande et l’offre sur un marché. C’est un indicateur fondamental qui procure le nombre de ventes contre le nombre d’achats, il traduit, donc, la pression des offreurs face aux demandeurs et celle des demandeurs face aux offreurs. Ils sont l’expression des volontés du marché et corroborent le plus souvent la tendance du cours.

Deux autres indicateurs existent. Cependant, ils sont considérés comme relevant du psychologique. Ceux sont les supports et la résistance.

 
 
 

0 Comments

You can be the first one to leave a comment.

 
 

Leave a Comment